L'ASSOCIATION


Créée en 2007 par trois militantes de la Lutte Contre l’Esclavage Moderne, SOS ESCLAVES a pu, au fil du temps, réaliser partie de ses objectifs même si beaucoup reste à faire. SOS ESCLAVES est à la disposition des victimes d’esclavage pour les écouter tout le temps nécessaire et confier l’examen de leurs problèmes à une équipe pluridisciplinaire qui recherchera avec elles des solutions en harmonie avec leur nouvelle vie.

Depuis sa création, l’association a pris en charge plus de 60 victimes qui présentaient toutes les difficultés liées à leurs exploitation, toutes les procédures ont été engagées et ont abouti . Aujourd’hui, est en cours une quinzaine de procédures sur le plan pénal, prud’hommal et en matière de droit des étrangers. Au cours de l’été 2017, 5 victimes de nationalité philippine ont obtenu de la Préfecture de police de Paris une carte de séjour de 1 an autorisant le travail. Ces mères de famille ont ainsi pu regagner leur famille et revoir leurs enfants qu’elles n’avaient pas revus depuis 4 ou 5 ans, voire plus, avec la garantie de pouvoir par la suite regagner le territoire français et reprendre leur travail. Dans Participations diverses : Après HUMAN, Yann Artus-Bertrand commence le tournage de WOMAN pour lequel, il va interviewer 3000 à 4000 femmes dans le monde entier. Son équipe a contacté SOS esclaves, qui, avec leurs accord a communiqé les coordonnées de plusieurs victimes. Pendant l’été 2017, ont eu lieu les interviews


Cela suppose qu’elles aient le droit de vivre dans ce pays et il faut que l’autorité administrative reconnaisse leur statut et les rendent destinataires de titres de séjour, ce qui leur permettra de trouver un emploi, d’accéder à des formations, d’avoir un domicile et de ne plus vivre cachées. SOS ESCLAVES œuvre avec les victimes pour leur accès à la citoyenneté.

Ainsi, SOS ESCLAVES a participé activement à l’élaboration d’une loi fondamentale sur l’esclavage, promulguée le 5 août 2013, rendant criminels des faits qui jusqu’alors ne pouvaient être poursuivis. Il fallait aussi que la lutte contre la Traite des Etres Humains puisse être soutenue chaque fois que sont jugés des faits d’esclavage et de servage.
C’est pourquoi était reconnu aux associations le droit de débattre devant toutes les juridictions des atteintes aux libertés et aux droits fondamentaux de notre société.

De même, pour parvenir à faire exécuter les condamnations qu’obtenaient les victimes, le législateur a approuvé les propositions de SOS ESCLAVES et permis l’intervention du fond d’indemnisation des victimes pour payer les dommages intérêts à la place des débiteurs disparus ou impécunieux. Ces deux éléments sont fondamentaux et constituent avec la loi elle-même une forte avancée, mais il faut rester chaque jour vigilant.
Car, Il y a toujours beaucoup de victimes et c’est en intégrant le collectif

ENSEMBLE CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS

que SOS ESCLAVES a pensé à la fois se rendre utile et participer à ce noble combat..

 

VOUS ETES VICTIME D'ESCLAVAGE MODERNE ?